Savigny-sur-Orge : Une future ferme urbaine fournira la cuisine centrale de la ville

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
À l'initiative de la ville de Savigny-sur-Orge, des pommes de terre vont être plantées sur une parcelle communale, un premier pas vers la création d'une ferme urbaine.
ferme urbaine savigny

Elle a été labourée il y a quelques jours, une prairie d’1,6 hectare, située tout près de la Ferme Champagne à Savigny-sur-Orge accueillera dans quelques semaines des centaines de graines de pommes de terre.

La nouvelle municipalité écologiste a décidé de transformer cette parcelle appartenant à la commune en un champ de pommes de terre.

« L’idée est que les habitants s’approprient les lieux et participent si les conditions sanitaires le permettent à la plantation de ces pommes de terre le 21 et le 24 avril prochain », précise le maire Jean-Marc Defrémont.

Jean-Marc Defrémont, Maire de Savigny-sur-Orge

Une fois les graines plantées, une première récolte devrait avoir lieu en septembre. « Elle sera donnée notamment au Secours populaire, explique le maire. Il s’agit dans un premier temps de remettre cette terre en état, car elle est restée inexploitée pendant plusieurs années ».

Mais la municipalité voit plus loin, et vise pour la suite, la création d’une ferme urbaine en permaculture dont les récoltes alimenteront en partie la cuisine centrale de la commune.

« L’idée n’est pas d’être autosuffisant, mais de refaire, dans notre ville urbanisée, une part d’alimentation locale. Cela participera à la diminution de l’empreinte carbone avec un circuit très court des denrées et servira également d’outil pédagogique. »

Jean-Marc Defrémont, Maire de Savigny-sur-Orge

Pour mener à bien ce projet, la municipalité ambitionne d’acheter une parcelle voisine d’une superficie de 3 hectares appartenant à l’État, plus particulièrement à la Protection Judiciaire de la Jeunesse qui y possède un centre éducatif fermé.

« Des négociations avec l’État devront se tenir dans les prochains mois, explique le maire. Parallèlement, nous allons à la fois modifier le Plan local d’Urbanisme afin de sanctuariser ces terres et mener des études d’implantation et de faisabilité de notre projet ».

La ferme urbaine municipale pourrait ainsi voir le jour en 2022. La municipalité partage notamment une réflexion commune avec d’autres villes de l’EPT Grand Orly Seine Bièvre comme Athis-Mons, Paray-Vieille Poste, Arcueil ou encore Vitry-sur-Seine qui portent des projets plus ou moins similaires.

En attendant, la municipalité prépare la plantation des pommes de terre dans le champ. La crainte d’éventuels vols ou de dégradations ne fait pas reculer le maire.

« Les boites à livres ou encore les jardins partagés dans le quartier des Grands Vaux montrent que quand quelque chose est d’utilité publique, elle fait rarement l’objet de dégradations ou de vols », conclut le maire.

Les opinions du lecteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *