Etampes : Le maire autorise l’ouverture de tous les commerces.

Etampes

Malgré les annonces faites par le Premier Ministre Jean Castex sur TF1 dimanche dernier concernant la fermeture des rayons non essentiels dans les grandes surfaces, la colère des élus est toujours présente.

A Étampes, comme à Yerres, Ballancourt-sur-Essonne et plusieurs autres communes en France, le Maire Franck Marlin a pris ce lundi 2 novembre un arrêté municipal autorisant l’ouverture de tous les commerces, même non-essentiels, implantés sur sa commune.

« C’est un coup de massue supplémentaire et si on ne fait rien, vraisemblablement beaucoup ne se relèveront pas » […] « Cette décision entraîne une rupture d’égalité de traitement entre les commerces , ce qui crée par conséquent une pratique déloyale contraire aux décisions annoncées par le président de la République et le Premier ministre »

Franck Marlin, Maire d’Étampes et député honoraire sur la page facebook de la ville

Toutefois, comme les arrêtés similaires pris par Olivier Clodong, le maire de Yerres et Jacques Mione, le maire de Ballancourt-sur-Essonne, le texte arrêté et signé par le maire d’Étampes n’a pas passé le contrôle de légalité au niveau de la préfecture. Le Prêfet avait lancé un référé suspension à l’encontre de l’arrêté du Maire de Ballancourt-sur-Essonne, qui avait fini par abroger ce dernier.

La préfecture de l’Essonne rappelle également que dans le cadre des mesures sanitaires dévoilées par le gouvernement pour endiguer la pandémie de Covid-19, les déplacements dérogatoires « sont limités strictement aux commerces essentiels énumérés par le décret 2020-1310 du 29 octobre 2020 ».

“Tout commerce dont l’ouverture n’est pas autorisée par ce texte qui resterait ouvert s’expose à une amende de 135 €, ainsi qu’à une fermeture, après mise en demeure non suivie d’effet.  Les clients qui fréquenteraient ces commerces seraient pour leur part considérés comme effectuant un déplacement non-autorisé, pouvant justifier une amende de 135 €”.

Préfécture de l’essonne

Pour rappel, dès mardi, conformément aux décisions annoncées par le Premier ministre, les grandes surfaces devront fermer les rayons proposant à la vente des produits considérés comme non essentiels. « Les services de l’État dans le département procéderont au contrôle du respect de cette obligation », fait savoir la préfecture de l’Essonne.

PARTAGER CET ARTICLE

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur print
Les opinions du lecteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *